La Haute Ecole de Coaching débarque en Tunisie

Lien

La Haute école de Coaching ouvre ses portes en Tunis, avec une première session de formation prévue du 22 avril au 25 octobre 2013.

L’école, qui existe déjà en France et au Maroc, est représentée en Tunisie par le Cabinet de Formation Imtiez (C.F.I), dirigée depuis 12 ans par Mme Dorra Baltagi Eltaîef.

Une rencontre avec la presse a été tenue vendredi 30 novembre pour le lancement d’une nouvelle école en Tunisie, La Haute Ecole de Coaching. Philippe Duvillier co-fondateur de cette école déclare «Cette école est à vocation internationale qui forme des coachs de haut niveau. Elle vise l’excellence en dispensant une formation de qualité innovante et renouvelée pour mieux s’adapter à un monde en mouvement», et d’ajouter «Le but de cette école est d’amener les futurs Coachs à pouvoir se réaliser dans ce métier avec pragmatisme, efficacité et talent». Cette école possède la certification de l’Office Professionnel de Qualification des Organismes de formation «une référence déterminante pour les professionnels» selon M. Duvillier.

La Haute école de Coaching siège à Paris et a déjà une antenne à Lyon et à Casablanca au Maroc. «Le lancement de cette école en Tunisie s’annonce bien » soutient son co-fondateur qui affirme que «Le Coaching a acquis une véritable reconnaissance grâce aux résultats prouvés qu’il produit dans le domaine sportif, de l’entreprise et de la sphère personnelle».

Domaine assez méconnu, M. Duvillier précise que «Le coach n’est pas un consultant, ni un psychanalyste. Il ne conseille pas il aide et accompagne le client à utiliser ses nouvelles compétences à positiver les changements pour qu’il atteigne ses objectifs. Il travaille sur l’axe présent-futur il s’agit d’analyser l’état présent puis de déterminer l’état désiré et de mettre en place les moyens d’action pour y arriver. Il ne travaille pas sur le passé du client. Le coaching s’effectue dans une démarche partenariale et d’égalité entre l’accompagnement et la coresponsabilité», et de conclure : «Le coach doit savoir établir une relation de confiance avec la personne coachée».

Deux sessions par an, de 6 mois chacune, sont prévues. La première aura lieu du 22 avril au 25 octobre 2013. Le coût de la formation est de 7100 dinars. Les candidats doivent avoir un niveau d’éducation supérieur, un Baccalauréat au minimum. Mais la formation n’est pas destinée qu’aux jeunes. «En France, certaines personnes désirant changer de carrière, suivent cette formation pour devenir coach», avoue Mme Baltagi Eltaief.

Pour inscription et plus d’information : www.haute-ecole-coaching.com

Chaima Bsibes