Claire Beaudoin, superviseur à la Haute école de coaching

Bonjour Claire, peux-tu te présenter ? Quel est ton parcours ? Comment es-tu arrivée à la Haute école de coaching ?

Bonjour, Claire Beaudoin, j’ai 36 ans. Je vis en banlieue parisienne depuis quelques années. Je suis originaire de Toulouse et j’ai grandi en Martinique. Je suis passionnée par l’Humain et la musique.

Je suis coach professionnel, coach de dirigeant certifiée, formatrice et superviseur à la Haute école de coaching.

J’ai eu différentes expériences professionnelles qui pour moi sont une suite logique. J’ai travaillé dans la grande distribution, le tourisme, la restauration pendant 10 ans en tant que manager. C’est à la suite d’une situation délicate où l’humain était mis à mal dans l’entreprise, que j’ai décidé de me diriger vers le métier de coaching. J’avais besoin de plus comprendre l’humain pour l’accompagner au mieux. Je me suis donc formée à la Haute école de coaching.Claire Beaudoin

Le coaching a changé ma vie avant d’accompagner les autres à changer la leur. Cela m’a appris à être en accord avec moi, avoir confiance en moi et à relever les défis qui me semblaient inatteignables auparavant.

C’est à la suite de cette certification que je me suis spécialisée dans l’accompagnement d’athlète de haut niveau. Cela me passionne !

Tu peux nous donner ta définition du coaching ?

Le coaching pour moi devrait être une pratique de vie quotidienne. C’est un accompagnement qui permet à la personne de s’aligner, de se connaitre et de comprendre les points de blocages qui l’empêchent d’avancer pour atteindre l’objectif qu’elle s’est fixé.

C’est aussi devenir responsable et autonome dans son quotidien, dans ses relations aux autres.

Le coaching fonctionne car il est limité dans le temps avec un objectif mesurable, concret, réaliste avec de la mise en action pour la personne.

C’est être soi-même !

Quel est ton rôle en tant que superviseur ? A quoi sert la supervision ?

Mon rôle de superviseur est avant tout un suivi au quotidien de la pratique des stagiaires.

Mais c’est aussi un réel partage et enrichissement mutuel. C’est pour les stagiaires un soutien et un cadre rassurant car ils savent que le superviseur est là pour eux pour des questions de compréhension ou d’accompagnement dans leur pratique de coaching qu’ils soient en présentiel ou en e-learning.

Qu’est ce qui te plait dans le contact avec les stagiaires ?

Le partage qui est pour moi une réelle source d’enrichissement personnel.

L’échange que nous pouvons avoir va vraiment dans les deux sens. Je les pousse à réfléchir et ils me font réfléchir en retour.

Les voir évoluer tout au long de la formation est une chose exceptionnelle. Le fait qu’ils se fassent coacher par un collègue de promo leur permet de travailler sur eux en mode coaching et d’arriver en fin de formation en étant complètement alignés, en accord avec eux-mêmes.

Et pour finir ce qui me plait le plus, c’est de les voir évoluer coach dans leur posture, leur réflexion, leur savoir faire et savoir être. 

As-tu une anecdote à nous raconter avec un ou une stagiaire ? 

J’ai une de mes stagiaires qui m’envoyait régulièrement des vidéos et des photos de la mer car elle vit dans le sud de la France. Lorsqu’elle est venue en séminaire à Paris, elle a déposé un petit pot de sable en cadeau pour moi.

Après il y a évidemment les remerciements des stagiaires par rapport au soutien et la disponibilité du superviseur.

Qu’est-ce que tu voudrais dire aux personnes qui hésitent à faire la formation ?

N’hésitez pas ! Cette formation est complète avec une vraie méthode, des outils pertinents qui permettent d’accompagner les individus. L’application des savoirs mis à disposition tout au long de la formation vont vous permettre de vous lancer en confiance dès la certification en poche. 

Tu veux rajouter quelque chose ?

Je veux juste partager le fait qu’il y a 5 ans cette formation a changé ma vie tant au niveau professionnel que personnel.

C’est une aventure merveilleuse !

Corinne Cottier, le coaching pour les « hauts potentiels »

Corinne Cottier a été certifiée Coach Professionnel en avril 2018 et a obtenu une spécialisation de coach parental auprès de la Haute école de coaching. Elle nous parle de son projet.

Pouvez-vous nous expliquer votre parcours professionnel avant la formation ?

Par ma formation initiale, je suis diététicienne mais je n’ai pas exercé cette profession. J’ai poursuivi mes études par une maîtrise de nutrition. Ça m’a amené à un premier métier passionnant dans la filière bio. J’ai été responsable qualité puis adjointe de direction pendant 6 ans dans une association nationale fédérant des entreprises et des distributeurs de produits issus de l’agriculture biologique. J’ai noué des partenariats avec le Ministère de l’agriculture, travaillé avec des collègues européens, visité et formé beaucoup d’entreprises en France, piloté des études sur la qualité des produits bio…

Ce fut une expérience très riche, dans laquelle je m’épanouissais mais qui s’est arrêtée au dépôt de bilan de l’association, confrontée à une situation financière trop fragile.

Après un bilan de compétences, j’ai fait un Master spécialisé de conseil en environnement. Cette étape m’a conduit à travailler 10 ans en tant que responsable d’un service d’autopartage (location de voitures de très courte durée favorisant la démotorisation et l’usage des déplacements doux).

Qu’est-ce qui vous a décidé à faire une formation de Coach Professionnel ? Pourquoi avoir choisi la Haute école de coaching ?

Au cours des dernières années, j’ai senti le besoin de me rapprocher de l’humain (la notion de service et de développement durable n’était plus suffisante pour moi). Je me sentais aussi trop à l’étroit dans une structure très hiérarchique, trop contraignante pour moi et loin de mes valeurs. J’ai donc quitté cet emploi pourtant très confortable matériellement et financièrement pour construire un autre projet.

Ainsi libérée, j’ai pu prendre du recul et réfléchir posément à ce qui avait du sens pour moi, ce qui me donnerait envie de me lever le matin, ce que je voulais faire, ce à quoi je voulais contribuer et dans quel cadre. J’ai pris également le temps de rencontrer des personnes nouvelles ou proches mais que je ne connaissais pas bien finalement. Ces échanges ont nourri mes réflexions et l’idée du coaching est devenue une évidence pour moi.

Le choix de l’organisme de formation n’a pas été simple : il existe beaucoup d’écoles et de programmes. Là encore, j’ai pris le temps d’échanger avec des responsables de formations et des coachs de diverses écoles. Le contenu du programme de la Haute Ecole de Coaching, les modalités d’enseignement, l’existence d’une formation à Lyon, les avis positifs que j’ai recueillis et bien sûr, le fait que la formation soit reconnue nationalement (RNCP) m’ont décidé à choisir la Haute Ecole de coaching.

Corinne (8648 web)

Comment se sont déroulées vos formations ?

J’ai donc suivi la formation de Coach Professionnel à la Haute école de coaching pendant 7 mois. C’est une formation très intense que j’ai vécue avec énormément d’enthousiasme car le contenu était vraiment en lien avec mes attentes (je ne m’étais pas trompée de voie et je me sentais enfin pleinement à ma place !).

La complémentarité entre les apports théoriques, les outils, la réflexion induite par les devoirs, la pratique entre stagiaires et la réalisation de coachings réels sont autant d’éléments qui fournissent une base solide pour exercer son savoir-faire de coach mais aussi pour adopter l’attitude juste qui créera et nourrira le lien de confiance entre le coach et la personne coachée.

Comment avez-vous trouvé votre accompagnement durant votre apprentissage ?

Les périodes de séminaire m’ont permis de m’imprégner de la dynamique qui se dégage d’un coach grâce à l’énergie et aux compétences des formateurs.  Je me suis nourrie des exemples donnés pour illustrer de façon concrète la technique bien spécifique du coaching. Les échanges entre les formateurs et les stagiaires étaient également très riches.

En dehors de ces périodes, la disponibilité du superviseur a été un appui essentiel pour avancer, approfondir et me rassurer, notamment quand une de mes coachées m’a lâchée à deux mois de la certification !

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre entreprise ? Que veut dire « personnes à haut potentiel » et comment cela se caractérise ? Pourquoi avoir choisi cette orientation ?

Je me suis lancée dans cette belle aventure du coaching parce que j’avais un projet précis. A partir du moment où j’ai su que je voulais devenir coach, j’ai cherché en quoi je pourrai apporter quelque chose de nouveau et être légitime dans ce métier. La réponse est venue assez rapidement … Ayant deux fils détectés haut potentiel, j’ai été confrontée depuis une dizaine d’années aux difficultés que peut représenter la précocité.

Etre haut potentiel (ou « intellectuellement précoces », « surdoués »), ça ne se résume pas à un QI (quotient intellectuel). C’est avant tout, et particulièrement chez les enfants, une hypersensibilité émotionnelle qui s’exprime en permanence dans tous les extrêmes (tristesse intense, excitation, colère démentielle, etc.). C’est aussi une très forte capacité d’empathie qui agit sur l’état émotionnel, une mémoire impressionnante, une grande curiosité, une pensée dite en arborescence, des connexions neuronales plus nombreuses et plus rapides, etc.

C’est un atout formidable à condition de bien le vivre. Les enfants doivent souvent composer avec un décalage très important entre leurs immenses capacités de raisonnement et une gestion des émotions très fragile. L’ennui arrive très vite, surtout à l’école et se traduit par des problèmes de comportements scolaires et/ou familiaux (hyperactivité, négociation permanente, insolence, remise en question des règles et des limites, etc.).

Les adultes, quant à eux, ne se savent pas toujours « haut potentiel ». Ils le découvrent souvent au travers de leurs enfants car la précocité est héréditaire. Il peut exister un sentiment de décalage par rapport à leur environnement professionnel et social (impression de ne jamais être bien à sa place), des difficultés relationnelles, un doute récurrent et de l’anxiété d’anticipation. Heureusement, beaucoup d’adultes haut potentiel vont bien !

Forte de mon expérience et du constat que j’ai pu faire aussi dans mon entourage (amical, social, professionnel), j’ai choisi de dédier mon activité de coach à l’accompagnement des adultes haut potentiel pour les aider à mieux se connaître et à se réaliser.

Je suis également coach parental certifiée par la Haute Ecole de Coaching. Là aussi, je spécialise mon activité vers les parents ayant des enfants intellectuellement précoces pour prévenir le burn out parental, aider à la déculpabilisation, conforter l’importance d’allier fermeté et bienveillance et fournir des outils qui apportent les bulles d’oxygène nécessaires au quotidien.

J’ai créé ma société, Potentiel & Sens, en clin d’œil à ce formidable potentiel qui me passionne, à l’importance des sens qui donnent la saveur de chaque instant et à l’essence de chaque être qui est source d’épanouissement.

Pour plus d’informations sur le haut potentiel, vous pouvez visiter mon site www.potentieletsens.fr

Logo P&S 2 sans fond

Vous êtes maintenant certifiée. Quelles vont être vos démarches à présent et comment pouvons-nous vous aider dans votre projet ?

J’ai commencé à développer mon réseau avant et pendant ma formation de coach. Je crois beaucoup à la complémentarité entre les différentes professions d’accompagnement qui peuvent aider les hauts potentiels : psychologues, neuropsychologues, sophrologues, praticiens Vittoz, ostéopathes, hypnothérapeutes et coachs bien sûr.

Je pense que la Haute école de coaching peut apporter son soutien en facilitant l’identification et la mise en relation des coachs travaillant sur cette spécificité. Nous sommes encore peu nombreux et nous avons beaucoup à partager !

Par la suite, pourquoi ne pas développer des outils et un module de formation spécifique. Ce ne sont pas les idées et les besoins qui manquent. Les enfants précoces, identifiés, représentent 2 à 3% de la population mais la réalité est certainement bien au-delà. Les enfants précoces d’aujourd’hui sont les adultes hauts potentiels de demain : un nouveau défi d’accompagnement nous attend !

Merci à Corinne pour son témoignage. Vous pouvez la retrouver sur son site Potentiel & Sens.

Interview de Franck Simon, certifié en avril 2018

Monsieur Franck Simon a eu la gentillesse de bien vouloir répondre à nos questions suite à sa formation de Coach Professionnel à la Haute école de coaching et à sa certification.

Pouvez-vous nous expliquer votre parcours professionnel avant la formation ?

J’ai suivi une formation juridique (3ème cycle en droit des affaires). Après ma formation, j’ai travaillé 5 ans en cabinet juridique puis 17 ans dans un groupe de Presse dont 5 années comme directeur des ressources humaines et 12 années comme directeur des Ventes.

franck-simon-happy-up-performance-photo-white

Qu’est-ce qui vous a décidé à faire une formation de Coach Professionnel ? Quel est votre objectif professionnel ?

En complément de mon expérience de l’entreprise et du management, j’avais une volonté d’apprendre et de structurer une approche de coaching me permettant d’accompagner les dirigeants et les managers dans leurs problématiques professionnels.

Pourquoi avoir choisi la Haute école de coaching ?

Je souhaitais une formation certifiante reconnue par l’Etat avec un titre RNCP. J’ai contacté plusieurs anciens stagiaires de l’école pour m’assurer du sérieux de l’approche et de la pédagogie proposée. Rassuré par le retour de mes contacts, je me suis inscrit à la formation « Coach Professionnel » et à deux spécialisations « Train coach, l’accompagnement des managers et dirigeants » et « Coaching d’équipe ». Ces formations correspondaient parfaitement à mes attentes.

Comment se sont déroulées vos formations ?

Sans difficultés majeures mais avec un investissement certain. L’alternance de stages en présentiel et d’accompagnements en situation réelle m’a plu. Après 7 mois de formation, j’ai été certifié « Coach Professionnel » avec les félicitations du jury.

Comment avez-vous trouvé votre accompagnement durant votre apprentissage ?

L’accompagnement est de très bon niveau. Les intervenants sont pertinents. Les échanges entre pairs sont également précieux.

logo happy

Vous êtes maintenant certifié. Quelles vont être vos démarches à présent ?

J’ai créé mon cabinet « happy-up performance » spécialisé dans l’accompagnement managérial individuel et collectif des dirigeants-managers et des professionnels du droit (avocats-notaires) par des techniques de coaching, de formation et de conseil.

Comment pouvons-nous vous aider dans votre projet ?

Idéalement, j’aimerais avoir accès à des webinars complémentaires sur des thématiques qui viendraient compléter les modules de base. Cela serait un plus.

Merci à Franck Simon pour cette interview. Vous pouvez découvrir ses propositions de coaching sur son site Happy-up Performances.

Isabelle Aussant, superviseur à la Haute école de coaching

Bonjour Isabelle, peux-tu te présenter ? Quel est ton parcours ? Comment es-tu arrivée à la Haute école de coaching ?

Bonjour, Isabelle AUSSANT, j’ai 44 ans et suis maman de 2 garçons de 8 et 13 ans. Je vis à Paris et mon cœur est à l’Ile d’Oléron dont je suis originaire. Je vais m’y ressourcer dès que je le peux auprès de ma famille, de la mer et de la nature.

Je suis Coach professionnel et personnel, Hypnothérapeute et Sophro-Coach certifiée, formatrice et superviseur à la Haute école de coaching.

Mon expérience professionnelle a été riche et diverse. J’ai été amené à travailler dans des domaines tels que le tourisme, l’immobilier et la formation en France et aux Etats-Unis. J’ai été conduite dans ce parcours à rencontrer, gérer, conseiller, former de nombreuses personnes venues d’univers totalement différents.

Par ailleurs, mon parcours de vie personnelle a suivi celui de ma vie professionnelle avec beaucoup de changements, de remise en question, de transitions, de nouveaux objectifs et de découvertes qui m’ont fait prendre conscience un peu plus à chaque fois de ma part de responsabilité dans les événements et dans ma vie en général.

A la suite d’un licenciement éprouvant, j’ai fait le choix de me poser et de prendre le temps de trouver ce à quoi j’aspirais vraiment dans la vie, ce qui était en cohérence avec moi-même et de me sentir enfin à ma place.

C’est alors tout naturellement que le coaching m’est apparu. Les rencontres avec Fabienne Lemaigre-Voreaux puis plus tard Philippe Duvillier ont été des moments magiques et décisifs dans ma vie qui m’ont permis de me donner confiance et de me conforter dans mes choix.

J’ai alors crée ma structure pour exercer en tant que coach et j’ai continué à enrichir ma pratique en me formant à l’hypnose Ericksonienne et au Sophro Coaching.

Isabelle Aussant

Tu peux nous donner ta définition du coaching ?

Pour moi le coaching est un accompagnement personnalisé qui prend en compte toutes les dimensions de la personne. Cela lui permet de partir à l’exploration d’elle-même sur un axe de temps présent-futur et de la guider vers l’objectif qu’elle s’est fixé.

C’est une démarche pragmatique, limitée dans le temps, aux résultats mesurables qui se réalise dans un climat de confiance et de respect de la déontologie du coaching.

Quel est ton rôle en tant que superviseur ? A quoi sert la supervision ?

Mon rôle de superviseur est bien sûr d’accompagner individuellement chaque stagiaire tout au long de sa formation en répondant à toutes questions qu’ils peuvent se poser tant sur la compréhension des cours que sur des aspects plus techniques liés à la formation.

Je suis également ce regard extérieur indispensable au bon déroulement des coachings qu’ils ont à effectuer dans le cadre de leur formation. Cette écoute qui leur permet de se poser les bonnes questions sur la pertinence du questionnement ou des outils à utiliser pour continuer à faire avancer leurs coachés. Je suis aussi le soutien, le réconfort et le booster d’énergie et de confiance quand certains doutes peuvent advenir.

Une belle et grande responsabilité qui me tient tout particulièrement à cœur !

Qu’est ce qui te plait dans le contact avec les stagiaires ?

Bien sur le partage, les échanges et les liens qui se créent sont un puit de richesse inépuisable !

C’est aussi extraordinaire de les voir grandir et évoluer dans leur pratique et aussi personnellement tout au long de la formation. C’est vraiment quelque chose qui continue de m’émerveiller à chaque session !

As-tu une anecdote à nous raconter avec un ou une stagiaire ?

Il s’agit surtout des témoignages que je reçois régulièrement de la part des stagiaires qui me montrent à chaque fois combien cette formation est riche et que le métier de coach est passionnant. Voici par exemple un petit mot qui m’a énormément touché :

« Un grand merci pour ce mail et ton soutien indéfectible ! C’est encore une belle aventure humaine que ce coaching, commencé à base de « mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir lui apporter ??!! » et au final oui, les deux coachées ont évolué. J’ai l’impression d’avoir « grandi » avec elles, que c’est moi qui en ressort « transformée »! Et je tenais également à te remercier aussi parce que la conversation, à titre privée, que nous avions eue a beaucoup raisonné en moi, jusqu’à aujourd’hui. Des lignes bougent, des limites aidantes se posent (!!).»

Qu’est-ce que tu voudrais dire aux personnes qui hésitent à faire la formation ?

Le coaching est un métier à part entière et c’est ce que vous allez apprendre grâce à cette formation. Une méthode, des outils, une posture que vous allez mettre en pratique tout au long de la formation qui vous permettront de vous conforter dans l’exercice de ce métier.

Une fois la certification en poche, vous serez de vrais coachs prêts à exercer aussi bien auprès des entreprises que des particuliers dans le respect d’une déontologie.

Tu veux rajouter quelque chose ?

J’ai beaucoup de gratitude envers tous les stagiaires que j’ai pu superviser depuis plusieurs années. C’est un partage et un enrichissement permanent et mutuel. Alors bientôt vous ?

Retrouvez Isabelle sur son site Magelian et à la Haute école de coaching.

Entrepreneurs, mettez vous en règle par rapport au Règlement Général sur la Protection des Données !

Une mise en place rapide

A compter du 25 mai 2018, le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) ou, plus explicitement, le règlement « relatif à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données« , se modernise et se complexifie.

Il est donc urgent en tant qu’entrepreneurs, collecteurs de données de personnes physiques, de vous mettre à niveau par rapport à cette nouvelle réglementation qui s’applique dans tous les pays, même ceux hors Union Européenne.

rgpd

Comment s’adapter à la réforme ?

Comment faire ? La Haute école de coaching vous donne les stratégies à mettre en place pour vous adapter :

1. Sensibiliser vos éventuels collaborateurs et sous-traitants. Attention, vous devez vérifier que ces derniers ont mis en place des procédures afin de se conformer à la nouvelle réglementation.

2. Faire un état des lieux des données collectées. Identifier leur provenance, avec qui elles sont partagées, comment elles sont stockées et pour combien de temps.

3. Recueillir et prouver le consentement des personnes physiques. C’est peut-être le moment de vérifier vos contrats et conventions ? Votre formulaire d’inscription ?

4. Garantir aux personnes l’accès, la modification, la restitution et l’effacement de leur données. Pensez à mettre à jour vos conditions générales de vente et vos mentions légales !

5. Sécuriser les données personnelles pour éviter la perte, le vol ou la divulgation. Votre site utilise-t-il des mots de passe individuels ?

6. Mettre en place une documentation sur votre politique d’utilisations des données à caractère personnel et des procédures de vérification du respect constant de la conformité RGPD et en cas de violations de celles-ci. Pour information, la personne physique et l’autorité compétente (CNIL en France) doivent être informées dans les 72 heures en cas de de problèmes.

Des sanctions sévères

Cette mise en conformité est impérative et concerne toutes les entreprises. Les amendes prévues pour le non respect de cette nouvelle directive sont dissuasives et peuvent s’élever jusqu’à 10 millions d’euros. Le risque qui pèse sur les entreprises imprudentes est donc très sérieux.

Alors ne tardez pas à vous mettre en règle et faites appel à un conseiller juridique si nécessaire.

Eric Nicloux, superviseur à la Haute école de coaching

Bonjour, peux-tu te présenter ? Quel est ton parcours ? Comment es-tu arrivé à la Haute école de coaching ?

Bonjour ! Je m’appelle Eric Nicloux et j’ai 35 ans. Je suis coach professionnel certifié, conseiller en image et communication, formateur et superviseur à la Haute Ecole de Coaching. Originaire de Nice, et après 10 ans passés à Paris, je vis et j’exerce aujourd’hui à Lyon.

Mon parcours est assez atypique. Après des études de théâtre (je suis sorti diplômé du Cours Florent en 2005), j’ai exercé le métier de Personnel Navigant Commercial chez Air France pendant 7 ans. Alors que les 4 ou 5 premières années dans les avions avaient été épanouissantes, j’ai commencé à tourner en rond et à me demander si j’étais vraiment à ma place. Ces doutes ont fini par se transformer en véritables blocages, puis en angoisses existentielles. Je ne trouvais plus de sens à ce que je faisais, mais je me sentais bloqué dans cette situation, notamment à cause de la peur du jugement.

Une amie très chère, qui venait de terminer sa formation auprès de la Haute Ecole de Coaching, a proposé de m’aider. Elle a ainsi pu mettre à profit tout ce qu’elle avait appris, pour m’aider à dépasser ces blocages, à faire la paix avec moi-même, à assumer mon besoin de changement. Elle m’a été d’une aide précieuse.

J’ai été fasciné par la puissance de son questionnement et des outils du coaching. Cela m’a donné envie de faire la formation à mon tour et d’apporter aux autres l’aide dont j’avais pu bénéficier. Ce métier répondait pleinement à la quête de « sens » qui me manquait auparavant.

J’ai donc fait la formation, et j’en suis sorti certifié avec les félicitations du jury. Très vite, j’ai créé mon entreprise et commencé à exercer.

Photo de profil

Tu peux nous donner ta définition du coaching ?

Pour moi, le coaching est un accompagnement qui, en suivant un processus très précis orienté présent-futur, permet à la personne coachée de renouer avec la personne qu’elle est réellement, indépendamment des étiquettes qui ont pu lui être collées au fil des ans, par son éducation, ses proches, ses collègues, etc… Le coaching l’aide dans un premier temps à faire le point sur sa situation présente, puis, en fonction de ce nouvel éclairage, à se fixer de nouveaux objectifs en accord avec ce qu’elle est fondamentalement, et bien sûr, à atteindre ces objectifs.

Quel est ton rôle en tant que superviseur ? A quoi sert la supervision ?

Mon rôle de superviseur est d’accompagner les stagiaires tout au long de leur processus de formation afin de les rassurer, de lever leurs doutes ou leurs incompréhensions face au contenu des cours. Mais plus important encore, d’apporter un regard extérieur sur les coachings qu’ils ont a réaliser en conditions réelles dans le cadre de leur formation.

La supervision les aide à ne pas se sentir seul, perdu face à des situations nouvelles et parfois délicates. En cas de difficulté, les stagiaires savent que le superviseur est là pour les guider, leur donner un éclairage différent ou partager son expérience face à une situation qu’il a peut-être rencontré lui-même lors d’un coaching. D’ailleurs, la supervision ne concerne pas que les coachs en formation : tout coach en activité doit pouvoir faire appel à un superviseur s’il en éprouve le besoin, cela fait partie de la déontologie du métier.

Qu’est-ce qui te plait dans le contact avec les stagiaires ?

Ce qui me plaît avant tout dans le contact avec les stagiaires, c’est d’être témoin de leur implication dans la formation, et en particulier dans les coachings qu’ils réalisent en conditions réelles. Ils ont, pour la grande majorité, à cœur d’être des coachs efficaces et pour cela, ils se donnent à fond dans cette formation qui demande beaucoup de travail et de rigueur. Ça a quelque chose d’émouvant, d’inspirant, et cela donne beaucoup d’espoir pour l’avenir.

As-tu une anecdote à nous raconter avec un ou une stagiaire ?

La première chose qui me vient en tête, c’est un coup de téléphone reçu il y a quelques mois. Une des stagiaires que je supervisais m’a appelé, en larmes. Des larmes de joie, car pour la première fois, une de ses coachées venait d’atteindre l’objectif ambitieux qu’elle s’était fixé. Nous sommes restés un long moment au téléphone, car cette stagiaire avait besoin d’exprimer son émotion d’avoir été d’une aide déterminante dans un moment de vie. Elle était en train de mesurer l’impact qu’elle allait pouvoir avoir sur la vie de nombreuses autres personnes…

Qu’est-ce que tu voudrais dire aux personnes qui hésitent à faire la formation ?

On ne choisit pas ce métier par hasard. Je pense qu’on est « appelé » et que la vie se charge de vous faire savoir si vous êtes fait ou non pour cela. A partir du moment où l’on ressent cet appel au fond de soi, il ne faut pas hésiter. Le métier de coach est, selon moi, promis à un bel avenir. Faire appel à un coach est en train d’entrer dans les mœurs, j’ai constaté un changement important en quelques années à peine. La formation dispensée par la Haute Ecole de Coaching est sérieuse et de très bonne qualité. En revanche, avant de se lancer, il faut être conscient qu’elle demande de travail et d’implication.

Tu veux rajouter quelque chose ?

Oui, quelque chose de très important : apprendre à coacher, c’est aussi accepter d’être soi-même coaché. En faisant cette formation, on n’apprend pas qu’un métier : on découvre beaucoup sur soi-même.

Merci à Eric pour cette interview.

Retrouvez le sur son site I & A Coaching et à la Haute école de coaching.

L’Envol – Coaching et Formation

Angélique Loizeau crée L’Envol

Après 15 ans d’expérience en tant que manager, puis directrice d’établissement dans le secteur médico-social, Angélique Loizeau, coach certifié à la Haute école de coaching, a souhaité prendre un nouveau tournant dans son parcours professionnel.

angelique

Passionnée par l’accompagnement des équipes, des professionnels, des managers, elle a décidé de mettre à profit son expérience en créant L’Envol.

Ses objectifs

Il a pour mission de vous accompagner (particuliers ou professionnels) en vous proposant différents types d’accompagnement en fonction de vos besoins et/ou problématiques :

Le Coaching : sa mission, en tant que coach, est de vous accompagner dans votre souhait de changement et dans l’atteinte de votre objectif. Elle est à vos côtés pour vous permettre de dépasser vos doutes et de transformer les obstacles en opportunités pour faciliter votre passage à l’action et prendre conscience de votre potentiel.

  • Le coaching de vie pour les particuliers
  •  Le coaching professionnel pour les managers/dirigeants
  • Le coaching d’équipe pour identifier et lever les points de blocage pour une meilleure efficacité, et l’atteinte d’un objectif commun.

Ateliers de Co-Développement Professionnel et Managérial pour vous permettre de progresser dans vos pratiques professionnelles, prendre du recul, enrichir vos compétences, et développer vos capacités.

La formation : en management et atelier de CO-Développement Professionnel et Managérial, gestion des émotions, reconnaître et apprivoiser ses émotions, renforcer la cohésion d’équipe, etc.

La Sophrologie : des séances (individuelles ou collectives) seront proposées à partir du 2nd semestre 2018 pour les particuliers et les professionnels.

Pour plus de renseignements, consulter son site : www.lenvolcoachingetsophrologie.com

Transformer la formation professionnelle en profondeur

La Ministre du Travail, Muriel Pénicaud a dévoilé ce lundi les mesures visant à optimiser la formation professionnelle en accord avec les syndicats et patronats. La Haute école de coaching vous propose un point sur les décisions phares du gouvernement :

1. Le Compte Personnel de Formation (CPF) subit une modification en profondeur : des crédits en euros seront attribués aux différents profils de salariés à la place d’un nombre d’heures. Tous bénéficieront d’un budget de 500 euros par an, plafonné à 5 000 euros. Les personnes sans qualification seront gratifiées de 800 euros par an, plafonné à 8 000 euros. Les salariés à temps partiels auront les mêmes avantages que ceux travaillant à temps plein.

Néanmoins, concernant les personnes ayant déjà ouvert leur compte CPF, le taux de conversion des heures en euros n’a pas encore été arrêtée.

2. Les demandeurs d’emploi bénéficieront d’un accès renforcé à la formation via le Plan d’Investissement dans les Compétences. Celui-ci vise à former un million de jeunes peu qualifiés et un million de demandeurs d’emploi de longue durée faiblement qualifiés.

3. Le CPF voit son accès facilité par la mise en en place d’une application mobile disponible en 2019 qui permettra de s’informer sur les formations, de consulter son solde, de payer sa formation, etc.DSC_0027

4. Au niveau de la collecte des fonds, les organismes financeurs (OPCA) se voient écartés au profit des l’URSSAF (organismes collecteurs des cotisations sociales), qui les transféreront à la Caisse des dépôts. Ce changement important devrait intervenir en 2021.

5. Des « Opérateurs de compétences » gérés paritairement remplaceront également les OPCA au niveau du financement du plan de formation des TPE-PME.

6. Copanef, Cnefop et FPSPP seront remplacés par l’agence « France compétences ». Celle-ci régulera le prix et la qualité des formations. Les organismes de formation devront rédiger un cahier des charges afin de bénéficier d’un financement.

7. La contribution des entreprises -actuellement sous la forme de la taxe d’apprentissage et du 1% formation- sera réunie sous une seule cotisation (toujours 1,68 % pour les entreprises de plus de 11 salariés et 1,23 % pour celles de moins de 10).

8. Le Conseil en Evolution Professionnel (CEP) qui accompagne toute personne qui le souhaite dans son parcours professionnel, se verra attribué un financement spécifique entre « 200 et 300 millions d’euros ». Cette structure deviendra régionale via un opérateur sélectionné par appel d’offres selon un cahier des charges de l’Etat.

Globalement,  en réduisant le nombre des acteurs de la formation professionnelle, ces mesures devraient permettre de faciliter l’accès à la formation et de rendre plus lisible les démarches des salariés et des demandeurs d’emploi au niveau administratif et financier.

Si vous souhaitez mobiliser votre Compte Personnel de Formation (CPF), consultez la rubrique « Financement » sur notre site.

Coaching et hypnose, pour un accompagnement complet

Vincent Caylus, coach certifié et hypnothérapeute

Quels que soient vos projets, vos objectifs à atteindre, Vincent Caylus, coach certifié à la Haute école de coaching, vous propose de vous accompagner à la réalisation de ceux-ci grâce entre autre à l’hypnose Ericksonienne et différentes techniques de thérapies brèves et de coaching, tout en mettant à votre disposition de vrais outils vous permettant d’être rapidement autonome.MAIL-13-2

Des outils pour tout type d’accompagnements

Les applications sont nombreuses, cela peut être pour se libérer d’une addiction, telle que la cigarette, l’alcool, le jeu, mais également les troubles relationnels sexuels ou encore comportementaux, les douleurs chroniques, dépressions, troubles alimentaires, accompagnement psychologique aux personnes atteintes de maladies lourdes, fatigue, maladies de peau, (psoriasis, eczéma, etc.), allergies ponctuelles ou chroniques, problèmes relationnels, sexothérapie, troubles compulsifs, coaching (examen, sportif, commerciaux, chef d’entreprise, etc.).

Vincent Caylus exerce à Aix-les-Bains en cabinet ainsi que dans la région de Belley et alentours en visite à domicile  dans l’Ain, mais également à distance, dans tous les pays avec toutes personnes francophones, par téléphone ou Skype.

Découvrez son site : www.accompagnements-hypnose.com/

Alti’Coach, n’ayez plus peur d’avancer !

Spécialisée dans le coaching de vie en individuel, Léa Alves, coach certifiée de la Haute école de coaching et créatrice d‘Alti’Coach propose des formations en gestion du temps et du stress ainsi que des ateliers de prises de paroles en public.

Pleine d’énergie, authentique, créative, Léa Alves a un goût prononcé pour le challenge. Passionnée par le sport, elle a choisi un chemin où il faut aller de l’avant, s’envoler vers ce que nous voulons vraiment. Un chemin qu’elle tient à partager et transmettre autour d’elle.

20170731_142501

Sa mission est donc de faire découvrir les bienfaits d’un accompagnement mental et physique à un maximum de personnes qui ont fait le choix d’atteindre leur réussite professionnelle et personnelle. Cette deuxième partie vous est proposée par une mise en relation avec de véritables professionnels du sport et de la nutrition.

Sa devise : « Vous êtes tous uniques et je crois en vous et votre liberté de choisir. Notre vie nous appartient et nous n’en avons qu’une.« 

Découvrez Alti’Coach !

logo